Imprimer

 La consigne de rester chez soi est prise très au sérieux. Les rues des villes sont quasiment désertes. La situation inspire les ironiques. Les citoyens s’adonnent à l’humour pour oublier leur angoisse. C’est une manière de briser la pesanteur du confinement. Chaque famille tente de casser l’enfermement à sa manière. On entonne des chants, on raconte des contes et des histoires. Les réseaux sociaux apportent une bouffée d’oxygène.

D’ailleurs, le taux de fréquentation est élevé. On découvre ceux qui proposent des chants traditionnels comme «Inas i yemma», propre à Tifrnine, une région nichée sur les hauteurs de Tizi N’berber dans la wilaya de Bejaïa. Le chant replonge dans époque où les filles se mariaient très jeunes. «Tu as fait le buzz !» ou «tu continues à nous impressionner avec ta voix, ta personne. Respect», s’exclament admirateurs et admiratrices. Il y a aussi ce duo qui propose des mélodies de la grande chanteuse libanaise Fairouz. Un régal ! Chaque internaute a sa façon pour faire oublier le confinement. On trouve celui qui diffuse message sur message et l’autre qui enchaîne les vidéos d’humour en remettant au goût du jour d’anciens sketchs. Certains s’adonnent à l’autodérision quand ils ne rivalisent pas de créativité sur les groupes de discussion. Des vidéos d’hommes qui dansent comme des femmes, qui font le ménage ou enfilent carrément des habits de femme sont parmi les plus partagées. Il y aussi des vidéo des «barbus» qui dansent sur des rythmes endiablés. «Il faut vite rouvrir les mosquées avant que cela ne soit trop tard», ironise un internaute. «Ça faire rire ! Il faut se faire rire !», commente un autre. Les confinés se mettent aussi à la lecture. «Quoi de mieux qu’une journée de lecture», écrit un internaute sur sa page facebook. Et d’ajouter : «Je viens de commencer la lecture du ‘‘le Rouge et le noir’’ de Stendhal, un classique quoi», annonce-t-il sur sa page. Des artistes proposent des DJ en ligne suivis par des centaines d’admirateurs. Et les commentaires fusent. L’initiative est saluée. «C’est une manière de décompresser, se vider la tête et passer le temps qui semble interminable.» Un constat redit de mille et une manières. Sur Messenger, c’est le boom des appels vidéo de groupes. «C’est une façon de garder le contact, prendre des nouvelles des uns et des autres», témoigne un utilisateur. Pour lui, tous les moyens sont bons pour appeler la famille et les amis pendant ces moments difficiles. «On s’appelle, on rigole, cela nous fait oublier le confinement. Même si nous vivions des moments difficiles, il faut apprendre à s’amuser, à raconter nos potins», poste sur sa page facebook un autre internaute. Qu’importe si cela se passe dans le monde virtuel, il permet d’oublier la solitude.

Amokrane H.