Imprimer

Le regroupement de l’équipe nationale senior hommes de handball prévu initialement le 16 du mois en cours, a été décalé pour hier pour une seule raison comme a tenu à le préciser le directeur technique national, Karim Bechkour. Ce dernier apparemment plus disponible à répondre à nos questions par rapport au président de la Fédération, Habib Labane, a révélé qu’il s’agissait bel et bien d’une question de tests PCR du sélectionneur national Alain Portes et de son adjoint Tahar Labane. «Les concernés ont atterri le 11 du mois en cours à Alger en étant testés négatif au coronavirus. Pour prendre toutes les précautions et dans le respect du protocole sanitaire recommandé par nos autorités dont le ministère de la Jeunesse et des Sports, nous avons fait subir aux deux membres du staff technique de nouveaux tests le 13 du même mois.
Le fait de ne pas recevoir les résultats avant le 16 septembre, nous a contraints à reporter de deux jours le stage. Il s’agit de la seule raison, et non pas la question des salaires comme cela a été reporté sur les réseaux sociaux, puis sur d’autres médias.» Dans le même ordre d’idées, le responsable de la DTNA s’est interrogé sur l’intérêt de publier de fausses informations sans s’appuyer sur des sources crédibles. «L’équipe nationale a besoin d’un climat propice pour préparer son retour sur la scène mondiale. Je pense que ce n’est ni le moment ni la manière pour agir de la sorte.» Concernant Portes, Bechkour a souligné que le technicien Français a déjà tracé son programme de préparation en prévision du Mondial égyptien de l’année prochaine. «Si Portes voulait boycotter le stage, pourquoi aurait-il pris le vol de rapatriement vers Alger et resté également en contact pendant des mois avec ses capés.» En veilleuse depuis le Championnat d’Afrique en Tunisie, l’équipe nationale aura du pain sur la planche. «La propagation de la Covid-19 a stoppé le monde entier, pas seulement le sport, ou le handball. Nous devons donc bien reprendre sur le plan physique dès ce regroupement qui durera jusqu’au 30 septembre. Après, nous mettrons en application au fur et à mesure tout le programme établi jusqu’à la veille du Mondial», a-t-il reconnu. Concernant le manque de compétition, Bechkour pense que ce sera l’un des principaux soucis du staff technique. «Nous nous trouvons dans une situation similaire à plusieurs nations dont le Maroc, alors que la Tunisie a déja entamé son championnat. L’essentiel est que nous rechargions les batteries des joueurs en attendant la réouverture des frontières. D’ici là, nous aurons au moins bouclé la préparation physique générale et spéciale.» Pour ce qui est des contacts avec des fédérations étrangères pour décrocher des matches amicaux, notre interlocuteur a fait savoir que dès la reprise des vols, le Sept national aura des occasions pour se frotter à plusieurs équipes dont des mondialistes. «Nous avons eu des accords pour programmer des matches dès que la situation sanitaire sortira du danger. Je pense qu’avec un nombre de matches dans les jambes, nos joueurs vont nettement s’améliorer avant le Mondial.»
Au sujet du déplacement à quelques jours du coup d’envoi du Championnat du monde pour jouer des matches amicaux sur place, l’ex-sélectionneur national U19 a répondu : «Nous n’avons pas encore discuté de ce point avec le président de la Fédération ou avec le coach national. Nous allons l’aborder en fonction du nombre de matches amicaux joués d’ici la fin de l’année.» Pour rappel, l’équipe nationale intéresse plusieurs fédérations étrangères, après son retour en force et son podium africain. Dès que l’espace aérien sera ouvert, plusieurs tournois seront organisés dans plusieurs pays. Un calendrier dont l’application dépendra de l’évolution de la pandémie dans le Vieux continent.
 Adel K.