Imprimer

 

Environ de 3.000 cas de morsures d'animaux  sauvages ont été enregistrés à Tizi-Ouzou, depuis le début de l'année en  cours, a-t-on appris lundi du responsable du service de prévention de la  Direction locale de la santé (DSP), Idir Oulamara.

Dans une déclaration à l'APS, à l'occasion de la journée mondiale contre  la rage, M. Oulamara a considéré que la situation au niveau de la wilaya  est "inquiétante".

Il a, à ce titre, déploré un cas de décès par la rage enregistré la  semaine dernière dans la commune d'Aghrib, au Nord-est de Tizi-Ouzou. Il  s'agit d'une fillette de 4 ans, mordue par un chien-chacal, décédée après  25 jours de coma.

Cet animal, est "une espèce hybride qui pullule à travers la wilaya à  cause, notamment, des décharges sauvages" a expliqué le responsable qui  tire la sonnette d'alarme quant à la gravité de la situation au niveau de  la wilaya.

L'année dernière, il a été enregistré pas moins de 7.500 morsures, a-t-il  rappelé soulignant que " la courbe des morsures est ascendante et le seuil  des 7.000 morsures a été franchi depuis 2014, alors que la moyenne  nationale est de 2.500 morsures par an".

M.Oulamara a fait remarquer que "si pour les animaux domestiques des campagnes de vaccination sont régulièrement menées, la solution pour les animaux sauvages demeure l'éradication de ces décharges qui constituent la  cause principale de cette situation".

Une responsabilité incombée, a-t-il ajouté, "au civisme du citoyen avant  tout et à l'ensemble des institutions et collectivités locales qui doivent  en faire une priorité".

Le même responsable qui a insisté sur la prévention, a indiqué que le coût  des soins d'un mordu selon le protocole sanitaire s'élève à 20.000 DA. "Ce  qui représente un coût exorbitant au vu des cas enregistrés" a-t-il fait  remarquer.