Bendouda, rencontre les responsables des clubs de lecture :" Le livre, un outil indispensable "
Search
Mardi 01 Décembre 2020
Journal Electronique

La rencontre qui a réuni la ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda, et les responsables des clubs des lecteurs des différentes wilayas, dans la journée de mardi dernier, à la Bibliothèque nationale, s’est soldée par un débat très riche qui a permis de discuter sur différents points sur l’avenir de la littérature dans notre pays.

 


Inscrite sous le thème «Notre culture dans notre diversité et notre unité » intervient dans le cadre du programme tracé pour la rentrée culturelle « Mohamed-Dib » et qui se poursuit jusqu’au 7 octobre. En cette occasion, la ministre a tenu à préciser que l’importance de la culture réside notamment dans ses différents axes dont la « littérature » qui contribue massivement à la construction humaine et lui permet de vivre des expériences enrichissantes et passionnantes à travers de véritables aventures qui forgent et qui permettent une véritable évolution sur le plan personnel. Raison pour laquelle, la ministre, tout en évoquant ses plus beaux souvenirs de jeunesse dont son parcours universitaire, a cité ses auteurs préférés, des auteurs qui l’ont marquée à l’exemple de Taha Hocine, Ikbel et autres. Des noms qui, selon elle, lui ont permis de tracer son itinéraire donnant sens à sa vie. « J’aime la lecture et j’aime les gens qui lisent d’où ma volonté et mon souhait du livre un outil important pour toutes les tranches d’âges et cela se traduit à travers la rencontre d’aujourd’hui, en portant appui aux clubs, les encourager, et leur permettre d’élargir leurs horizons et cela à travers l’ouverture de bibliothèques dans toutes les wilayas dans le cadre de la stratégie du livre mise en place par le département de la culture qui œuvre notamment à la création d’espaces sur le net», note Bendouda. La rencontre avec les responsables des clubs de lecture a été une véritable ouverture particulièrement pour les jeunes créateurs qui ont pris la parole pour faire part de leurs expériences notamment des entraves qu’ils rencontrent. Comme c’est le cas de Aziz, responsable de l’association « Istachir oua krae » de Tissemsilt. Très dynamique, le jeune homme a émis le vœu que ce genre de rencontres ait lieu souvent car les clubs de lecture ont besoin d’appui leur permettant de développer leurs compétences. Il a notamment soulevé plusieurs problèmes dont celui relatif aux entraves bureaucratiques. «Nous trouvons des difficultés à organiser des rencontres, nous peinons à obtenir des autorisations pour activer et nous sommes dans l’impossibilité d’acquérir des locaux», déplore Aziz. «La plupart du temps, nous sommes dans l’obligation de tenir des réunions ou des rencontres dans nos domiciles», fait-il savoir. Sensible à la situation dans laquelle se retrouve ce responsable ainsi que tant d’autres, la ministre de la Culture et des Arts, Bendouda, a reconnu que ce problème était très courant. Raison pour laquelle elle rappelé qu’elle avait déjà donné instruction, il y a quelque temps, aux librairies qui doivent consacrer un espace pour accueillir les actions des clubs de lecture et qui devaient rester ouvertes à une heure avancée en faveur des étudiants qui se réunissent. «Je refuse catégoriquement que la bureaucratie entrave les activités culturelles, il faut vous organiser pour contribuer à la promotion du livre et ce, comme étant un partenaire direct, dans le but d’instaurer une politique de culture et de littérature permettant de défendre la situation du livre en Algérie », recommande la ministre. Très active, Nesrine Bessaieh, admin de la page virtuelle « Oran takrae » (Oran lit), a déjà fait ses preuves sur le terrain. Son groupe a été créé en 2019 et a réussi à enregistré plus de 10.700 followers dont 80% sont issus d’Oran et 20% de tout l’Ouest algérien. « Nous avons tenté d’organiser des rencontres, dont une relative à la ressource humaine et qui a drainé un grand nombre de jeunes lecteurs, mais la situation sanitaire et pandémique dû à la Covid-19, a bloqué nos activités», se désole-t-elle. Nesrine n’a pas baissé les bras, elle a poursuivi l’aventure jusqu’au bout et a pu, avec ses collègues, créer un club de lecture pour enfants, en collaboration avec l’association Sidi El Houari qui se tient chaque mardi en faveur des enfants des quartiers populaires. «On compte aussi créer un partenariat avec les librairies pour permettre aux lecteurs d’avoir accès aux livres à des prix raisonnables», projette la jeune admin. Pour sa part, Mossâab Gharbi, président de l’association «Kassantina takrae » (Constantine lit), appelle à la création d’une plateforme virtuelle permettant de faire émerger les idées et de les partager en un temps réel pour créer des thèmes, provoquer des échanges et engager des débats avec tous les lecteurs du monde. «Il suffit juste de se tourner vers les besoins des responsables des clubs, leur permettre de développer leurs compétences et savoir-faire et faire de la lecture un vecteur de richesse humaine et intellectuelle. «Nos activités proposent un contenu consistant particulièrement pour les étudiants du cycle moyen et secondaire, et qui ont pu être encadrés par des écrivains, des poètes et des universitaires», s’est-il félicité. Pour ce jeune responsable, «l’union réside dans l’unité des idées». La ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda, s’est dite « très fière de ces jeunes responsables qui sont rares dans le milieu et qui continuent à s’intéresser et à se battre pour la pérennité du livre et de la lecture à l’ère où la technologie de pointe et le virtuel ont révolutionné le monde». «Il faut se rendre à l’évidence et vivre la réalité et travailler de concert pour que les responsables de club de lecture puissent créer un réseau», note la même responsable. La ministre a notamment recommandé la mise en place de résidence des lecteurs, pour étendre les projets, et créer un véritable mouvement culturel jeune. Après quoi, la ministre a procédé à une remise de livres, soit un don en faveur des responsables des clubs de lecture ayant pris part à cette rencontre, en guise d’encouragement et de reconnaissance à leurs efforts.
 Rym Harhoura

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Santé

Environnement

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

 

Cinémathèque algérienne
La Cinémathèque algérienne rend hommage sur son site web et sa page facebook aux grands cinéastes du cinéma mondial qui ont dans le passé fréquenté sa salle obscure dans le cadre des cycles et festivals qu’elle a organisés.

 

 Assemblées virtuelles au TNA
Le Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi organise, durant le mois de novembre, des «assemblées virtuelles» (Al-Majaliss al-Iftiradhiya) animées par le journaliste et écrivain Abderrazak Boukkeba. Il s’agit de rencontres hebdomadaires, qui se tiennent tous les samedis du mois .

 

 

Algérie Télécom

Algérie Télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algerietelecom.dz 
Les nouveaux demandeurs de ligne pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation, et les abonnés professionnels pourront signaler le dérangement de leur ligne directement sur le site web sans déplacement.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang.

 

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept