Crise économique : Le patronat se serre les coudes
Search
Dimanche 06 Décembre 2020
Journal Electronique

L’heure est à l’union, à la fusion entre les organisations patronales pour se concerter autour d’une action commune afin de contribuer à solutionner la crise. A cet effet, quatre organisations ont appelé à l’union sacrée pour dépasser sans trop de dégâts les effets de la crise sanitaire et permettre à l’Algérie de rentrer de plain-pied dans le développement.

 

Les opérateurs économiques sont appelés à se serrer les coudes en ces temps de crise financière et sanitaire pour bâtir une Algérie nouvelle et forte. C’est le but de la rencontre tenue, hier, au niveau de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), de quatre organisations patronales. «Nous sommes à la veille d’une Algérie nouvelle, qui nécessite la concertation de tous les opérateurs économiques. L’heure est à l’union, à la fusion entre toutes les organisations patronales pour se concerter autour d’une action commune afin de contribuer à solutionner la crise, universelle, que nous traversons tous», a déclaré le président de la CAPC, Samy Agli. Les opérateurs économiques sont appelés, poursuit-il, à se rassembler et à adhérer à une stratégie commune en faveur des intérêts collectifs. «Cette concertation doit s’exprimer sous forme d’un élan de solidarité envers l’Algérie nouvelle, doit être saine et désintéressée. La rencontre d’aujourd’hui sera suivie par d’autres pour sensibiliser l’ensemble des opérateurs économiques afin que le patronat, dans toutes ses composantes, se serre les coudes», a-t-il assuré. Le président de la Confédération nationale du patronat algérien (CNPA), Mohamed Naït-Abdelaziz, a évoqué, quant à lui, un consensus auquel tous les acteurs économiques sont conviés à adhérer. «Nous sommes dans une phase très cruciale de notre économie où règne une grande confusion entre ceux qui croient au changement et ceux qui n’y croient pas. En tant qu’opérateurs et créateurs de richesse, nous avons un rôle à jouer dans l’édification de la nouvelle Algérie, et pour cela, il est nécessaire d’aboutir à un consensus. D’autant plus qu’aujourd’hui les opérateurs ne sont plus tenus à l’écart comme par le passé», a-t-il soutenu. «D’autant plus, a souligné le président de la Confédération des industriels et patrons algériens (Cipa), Abdelwahab Ziani, que nos entreprises ont fait leurs preuves durant la crise sanitaire». «Certes, beaucoup d’activités économiques ont été affectées, mais d’autres ont émergé et même contribué à réduire considérablement la facture des importations dans la filière pharmaceutique et agroalimentaire. Durant toute cette période, les producteurs locaux dans ces deux filières ont répondu aux besoins des citoyens», a-t-il signalé. Ces deux filières peuvent, selon lui, se développer davantage à l’export à condition que les citoyens consomment algérien. «Quand on consomme algérien, on préserve des entreprises et des postes d’emploi. Quand on favorise les produits importés, on fait perdre des emplois à nos concitoyens et on préserve des emplois dans des entreprises étrangères. La rencontre d’aujourd’hui est un pacte de confiance que nous établissons avec les autorités comme avec les citoyens. C’est pour dire que nous sommes présents pour une Algérie nouvelle comme nous l’étions pour enrichir le projet de révision de la Constitution», a-t-il révélé. Tout en approuvant les nouvelles mesures en faveur de l’entreprise, il a déploré leur non-application sur le terrain.

La concurrence mondiale sera des plus rude
«Le président de la République s’est engagé à aider et à soutenir les entreprises en cette phase de crise. Mais sur le terrain, très peu d’entreprises ont bénéficié de cette aide. Le problème ne vient pas des hautes autorités mais de l’administration où on bloque les instructions prises en faveur des démunis», a-t-il déclaré. A ce propos, le président de la CAPC a estimé que les blocages ne sont pas de nature politique mais émanant de certaines personnes dans l’administration qui résistent à toute forme de changement. Interpellé sur les pertes subies par les entreprises depuis la crise sanitaire, il a assuré qu’aucune institution ne pourra se prononcer sur la question et évaluer la situation avec des chiffres. «Nous savons juste que des secteurs sont plus impactés que d’autres, comme celui des services et du tourisme et le bâtiment. Des écoles, des crèches, des TPE, des PME et des PMI sont en difficulté. Nous devons dès maintenant penser à l’après-Covid-19 où la concurrence mondiale sera plus rude que jamais», a-t-il souligné, se réjouissant que des propositions du patronat soient retenues dans le projet de révision de la Constituons. «On aurait souhaité être consultés pour l’élaboration du projet de loi de finances 2021», dira-t-il. Cela dit, a fait remarquer Ziani, l’industrie nationale est en train de reconquérir des parts de marché. «Contrairement à ce que l’on croit, 30% seulement de nos matières premières sont importées, les autres sont disponibles sur le marché. Nous pouvons réaliser de grandes choses pour peu que la préférence soit nationale», a-t-il fait savoir. Selon lui, il est nécessaire d’assainir les surfacturations dans le commerce extérieur, qui gonflent nos volumes de consommation, et de mettre en place des barrières, autres que tarifaires, pour protéger l’économie nationale. Pour le président de l’Association générale des entrepreneurs algériens (Agea), Mouloud Kheloufi, les efforts sont à multiplier pour sauver les entreprises et afin que les mesures de soutien soient effectives sur le terrain.
 Farida Belkhiri

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Environnement

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 Ministère des Ressources en eau 

Le ministre des Ressources en eau, Arezki Barraki, effectuera, le 05- décembre , une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Mascara. 

Cinémathèque algérienne
La Cinémathèque algérienne rend hommage sur son site web et sa page facebook aux grands cinéastes du cinéma mondial qui ont dans le passé fréquenté sa salle obscure dans le cadre des cycles et festivals qu’elle a organisés.

 

 Assemblées virtuelles au TNA
Le Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi organise, durant le mois de novembre, des «assemblées virtuelles» (Al-Majaliss al-Iftiradhiya) animées par le journaliste et écrivain Abderrazak Boukkeba. Il s’agit de rencontres hebdomadaires, qui se tiennent tous les samedis du mois .

 

 

Algérie Télécom

Algérie Télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algerietelecom.dz 
Les nouveaux demandeurs de ligne pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation, et les abonnés professionnels pourront signaler le dérangement de leur ligne directement sur le site web sans déplacement.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang.

 

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept