Transferts sociaux dans la LF 2021  : Les experts appellent à revoir le mécanisme
Search
Mercredi 02 Décembre 2020
Journal Electronique

La Loi de finances pour 2021 alloue une enveloppe budgétaire de plus de 1 927 milliards de dinars (18 milliards de dollars) aux transferts sociaux dont 50 milliards destinés au développement des zones d’ombre. Le montant est ainsi supérieur de 2 milliards de dollars à celui attribué par la Loi de finance complémentaire de 2020. Mais pour les experts, cet effort social très conséquent de l’Etat requiert d’être évalué pour prouver son efficacité et sa pertinence pour les catégories sociales qui ont grandement besoin d’aide.

Car, selon eux, poursuivre une politique sociale qui permet à tous les Algériens de profiter des subventions aux produits et services de base pourrait s’avérer très difficile à assumer en cette conjoncture de récession, d’autant que les transferts sociaux au titre de l’exercice 2021 s’élève à 9,4% du produit intérieur brut (PIB). «Cela constitue une charge très difficile à supporter», souligne Mahfoud Kaoubi, analyste économique et financier. «On s’attendait à ce que les transferts sociaux fassent l’objet d’une réforme et d’une nouvelle réflexion, car tous les experts sont unanimes à dire que ce système est inefficace et injuste», poursuit-il. L’économiste déplore l’absence de mesures dans la nouvelle Loi de finances, annonçant une révision de cette politique très coûteuse. Pour lui, c’est une source d’injustice sociale qui impacte négativement l’économie puisqu’elle pervertit les prix de certains produits. «C’est la cause même, renchérit-il, du dysfonctionnement qui fait qu’on n’arrive pas à relancer certains secteurs d’activité dont les hydrocarbures, les ressources en eau, l’électricité». Selon lui, on ne peut pas continuer à maintenir les subventions à un taux aussi important. «Il est impératif de les réadapter, notamment après la baisse des recettes en devises est ce, en dépit de l’augmentation de nos exportations en hydrocarbures de plus de 10%», relève-t-il. Et de prévenir que le déficit budgétaire annoncé pour 2021 qui s’élève à 13,15% du PIB risque d’induire d’autres déséquilibres qui toucheront la sphère de l’économie réelle. Ce qui devrait nécessairement impacter tout le processus d’investissement et de croissance. C’est pourquoi, il appelle à réformer l’appareil de dépense pour assurer une meilleure efficacité de l’administration publique.

Dans l’attente d’un ciblage
Abdenour Attal, économiste et conseiller à la Confédération algérienne du patronat citoyen (Capc), abonde dans le même sens. «Le budget réservé aux transferts sociaux a été augmenté au détriment des autres secteurs», fait-il remarquer. D’après lui, les défis imposés par la baisse de la fiscalité pétrolière et les circonstances liées à la crise sanitaire ont largement contribué au maintien de cette politique sociale qui revêt un caractère très sensible. Sa réaction vient conforter la déclaration de la représentante du gouvernement et ministre des Relations avec le Parlement, Besma Azouar, qui avait indiqué que des conditions doivent être réunies avant le lancement d’un mécanisme de ciblage des subventions qui soit efficace, pratique et équitable. «L’étude d’un tel mécanisme au niveau du gouvernement s’est achevée et sa mise en œuvre interviendra en temps voulu et selon un calendrier progressif et précis», assure-t-elle. Pour Attal, l’ampleur des conséquences de la crise sanitaire devrait se poursuivre jusqu’en 2021. Ce qui risque d’élargir la catégorie de personnes vulnérables. Une situation qui conforte, selon lui, les autorités dans leur décision de retarder l’abandon du modèle généralisé des transferts sociaux et la rentrée en vigueur du système de ciblage. «Les autorités semblent même déterminées, fait-il remarquer, à poursuivre l’investissement dans les projets inscrits au titre du volet social». L’expert estime donc difficile de comprimer, à l’heure actuelle, la facture des subventions destinée aux produits de première nécessité tels que le lait, l’huile et le sucre. Pourtant, «il existe un fichier de sécurité sociale très ciblé sur lequel le gouvernement peut s’appuyer pour l’estimation des revenus et le lancement du ciblage précis», soutient-il.
 Assia Boucetta

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Santé

Environnement

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

 

Cinémathèque algérienne
La Cinémathèque algérienne rend hommage sur son site web et sa page facebook aux grands cinéastes du cinéma mondial qui ont dans le passé fréquenté sa salle obscure dans le cadre des cycles et festivals qu’elle a organisés.

 

 Assemblées virtuelles au TNA
Le Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi organise, durant le mois de novembre, des «assemblées virtuelles» (Al-Majaliss al-Iftiradhiya) animées par le journaliste et écrivain Abderrazak Boukkeba. Il s’agit de rencontres hebdomadaires, qui se tiennent tous les samedis du mois .

 

 

Algérie Télécom

Algérie Télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algerietelecom.dz 
Les nouveaux demandeurs de ligne pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation, et les abonnés professionnels pourront signaler le dérangement de leur ligne directement sur le site web sans déplacement.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang.

 

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept