Nourredine Smaïl: «L’Algérie est préparée pour la campagne de vaccination»
Search
Samedi 27 Février 2021
Journal Electronique

Une stratégie qui prend en compte l’organisation, les modalités de transport, de stockage, la formation, l’activité de vaccination, l’évaluation et la surveillance a été mise en place.

Entretien réalisé par Samira Sidhoum

 

Dans cette entrevue, le Pr Nourredine Smaïl, qui est aussi chef de service épidémiologie au CHU Mustapha Pacha, aborde tous les aspects liés à la campagne de vaccination qui sera entamée sous peu dans notre pays. Il ne cache pas son optimisme tout en recommandant la vigilance.

La vaccination commencera dès la réception des premières doses. Sommes- nous prêts ?
L’Algérie s’est préparée aux campagnes de vaccination contre la Covid-19 avant même la réception du vaccin. Une stratégie qui prend en compte l’organisation, les modalités de transport, de stockage, la formation, l’activité de vaccination, l’évaluation et la surveillance a été mise en place. L’Algérie a une longue expérience dans la réalisation de campagnes de vaccination qu’elle mène depuis de nombreuses années dans le cadre du Programme élargi de vaccination (PEV) au niveau régional, national et même maghrébin. 

Peut-on connaître en quoi consiste la campagne de sensibilisation sur l’importance de la vaccination contre la Covid-19 ? 
La campagne consiste, comme dans tous les autres pays, à informer les citoyens sur l’intérêt de la vaccination particulièrement dans le contexte de cette pandémie afin de réduire considérablement les formes graves et les décès. La campagne permettra de préciser le début de la vaccination, les modalités de son déroulement, les lieux de vaccination, les populations ciblées dans un premier temps et le calendrier vaccinal établi sur l’année... On doit, cependant, rappeler que la mise en œuvre de la vaccination ne doit pas nous dispenser des gestes barrières. Ils sont toujours d’actualité et restent notre première protection vis-à-vis du virus.

Le ministère de la Santé se dit prêt pour débuter la campagne de vaccination. Est-ce que les encadreurs mobilisés au niveau des wilayas ont été formés ?
Un plan de formation doit être déployé, incessamment. Le personnel impliqué dans la campagne de vaccination est le même, pour la majorité, que celui qui est en charge de la vaccination, notamment anti-grippale. Il a une longue expérience aussi bien dans la logistique (chaîne du froid, stockage) que dans le processus de vaccination lui-même. La formation consiste surtout à informer sur les caractéristiques des vaccins contre la Covid-19 et leurs particularités d’utilisation.

Le recours de l’Algérie à plusieurs laboratoires est-il sans danger sur la santé publique ?
Saluons d’abord la communauté scientifique qui, en moins d’une année, a mis sur le marché plusieurs vaccins dont certains déjà homologués. Néanmoins, face à une demande très forte au niveau mondial, aucun laboratoire ne peut satisfaire les besoins exprimés. Tous les pays devront avoir recours probablement à plusieurs laboratoires pour pouvoir vacciner l’ensemble de leur population.

Mais comment convaincre une population réticente, dit-on, à la vaccination ?
La vaccination est une arme préventive qui a fait ses preuves. N’a-t-elle pas permis d’éradiquer la variole et de lutter contre d’autres maladies infectieuses (sources de handicap ou de mortalité) comme la poliomyélite, la rougeole… Les vaccins actuels contre la Covid-19 ont montré un taux d’efficacité élevé sur la réduction des formes graves et des décès liés à cette infection. Accepter de se faire vacciner et convaincre son entourage permettra de nous protéger, mais surtout de protéger ceux qui sont le plus à risque du fait de leur âge, de la présence de comorbidités ou de leur exposition professionnelle. Comme lors des campagnes précédentes, les points fixes habituels (unités chargées de la vaccination) seront impliqués et des équipes mobiles sont prévues pour les zones difficiles d’accès. Cette campagne obéit aux mêmes règles que les précédentes en tenant compte des particularités de cette pandémie et des caractéristiques des vaccins.

Quelle serait votre tâche dans cette opération ?
L’Insp a toujours été partie prenante dans la vaccination (programme élargi de vaccination, règlement sanitaire international, lors d’épidémies comme la méningite…) Pour la lutte contre la Covid-19, l’Insp est membre du comité scientifique et, à ce titre, participe à toutes les réflexions relatives à la vaccination. Du fait de ses prérogatives de membre du comité national de vaccination, il est partie prenante dans un certain nombre d’actions mais s’implique également dans la lutte contre la Covid-19 (stratégie vaccinale, formation, populations éligibles à la vaccination). La mission dévolue à l’IPA est aussi de recevoir les vaccins, de les stocker en attendant de les envoyer vers les wilayas qui disposent aussi d’aires de stockage.

Etes-vous confiant quant à la maîtrise définitive du virus ?
Tout d’abord, une précision : 80% des personnes infectés font des formes bénignes ou asymptomatiques. 15% nécessitent une prise en charge spécifique et 5% des soins en réanimation où toutes les personnes admises ne décèdent pas. A ce titre, d’autres virus sont autrement plus dangereux. En moins d’une année, nous avons appris beaucoup de choses sur ce virus s’agissant notamment des modalités de prise en charge des cas graves, des mesures de protection à mettre en œuvre pour se protéger. Plus récemment des vaccins ont été élaborés et suscitent de très grands espoirs et nourrissent notre confiance. Cela ne veut pas dire que le virus disparaîtra, mais nous disposerons d’armes pour lutter contre celui-ci comme pour d’autres infections.
S. S.

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Saga des entreprises

Santé

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda


UGCAA
L’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) organise le 3 mars à 9h30 au siège de l’Union, une conférence de presse qui sera animée par la présidente de la Fédération des crèches et maternelles, Mme Nouara Ben Kharouf,  sur l’impact de la Covid-19 sur ces établissements.


Ministère de la Culture

La Palais de la culture d’Alger organisera, le 27 février à 14h, la cérémonie de récompense des lauréats des concours de calligraphie arabe et de mosaïque.


Musée du moudjahid
Dans le cadre de la célébration des manifestations du 27 février 1962 survenues à Ouargla, le Musée national du moudjahid organisera, le  25 février , à 14h, une conférence intitulée «Le Sahara algérien dans la stratégie coloniale française».

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Hebergement/Kdhosting : kdconcept