Imprimer

Une formation au profit des artisans du corail a été lancée au niveau de l’école pilote de sculpture sur les pierres précieuses et semi-précieuses implantée dans la capitale de l’Ahaggar, Tamanrasset. Cette session est organisée dans le cadre de la coopération algéro-brésilienne, a-t-on appris hier auprès de Naïm Belakri, directeur général de l’Agence nationale de développement durable de la pêche et de l’aquaculture (Andpa), et s’étale sur une semaine. Ladite formation porte sur l’apprentissage des nouvelles techniques de transformation et de valorisation du corail rouge. Les stagiaires issus de 12 wilayas s’imprègnent des connaissances théoriques et pratiques au niveau des différents ateliers de l’école, notamment dans trois principaux modules, à savoir la taille, la sculpture de pierre, le façonnage et le design en 3D. La formation représente, selon Belakri, «une importante opportunité pour l’échange de connaissances et le partage d’expériences entre les artisans du pays. Elle vise également à atteindre un certain nombre d’objectifs, dont le plus important est de renforcer les capacités des artisans de transformation du corail par l’apprentissage de nouvelles techniques afin de faciliter l’intégration du corail dans les métiers traditionnels locaux», a-t-il ajouté. Ce même responsable affirme que «cette session de formation s’inscrit dans le cadre de la préparation à la réouverture de l’exploitation du corail, d’autant plus que le gouvernement a interdit l’exportation du corail brut depuis 2015». «Il est donc, nécessaire de développer et de moderniser l’artisanat de transformation du corail en Algérie par des artisans. Pour cela, un plan d’exploitation durable de la pêche du corail fixant les modalités et conditions d’exploitation des ressources biologiques marines par la plongée sous-marine professionnelle a été mis en place», a fait savoir Belakri. Ce dernier n’a pas manqué de rappeler que «la durée d’exploitation de la concession en matière de pêche au corail est fixée à cinq ans au maximum, tandis que la durée minimum de la fermeture des périmètres d’exploitation est de 20 ans pour permettre la régénération du stock». Le DG de l’Andpa précise que les quantités ont été fixées au total à 3.000 kg (3 tonnes) par année dans tous les périmètres d’exploitation, donc 6.000 kg (6 tonnes) par année dans toute la zone d’exploitation. Il notera en dernier, que «la pêche au corail est ouverte dans deux zones (Est et Ouest). La zone Est se situe dans la wilaya d’El Tarf avec 30 concessionnaires. Quant à la zone Ouest, elle comprend les wilayas de Skikda et Jijel, soit 15 concessionnaires pour chaque wilaya. Les ports concernés par le débarquement du corail pêché sont : El Kala (El Tarf), Annaba, Boudis (Jijel), Béjaïa, Stora (Skikda), Dellys (Boumerdès) Ténès (Chlef), Mostaganem et Beni Saf (Aïn Témouchent).
Samira Sidhoum