Imprimer

Le chef du Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn Chambas, a indiqué au Conseil de sécurité que l’insécurité s’étend à des zones auparavant «sûres» dans la région où des terroristes «continuent de mener des attaques meurtrières». Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la région s’est néanmoins félicité des efforts déployés pour secourir 300 garçons pris en otage le 11 décembre par des terroristes de Boko Haram dans le nord-ouest du Nigeria. Il a indiqué que les «armées nationales des pays du Sahel et du bassin du lac Tchad ont combattu ensemble des terroristes sur plusieurs fronts», regrettant l’instabilité liées aux attaques terroristes, notamment au Niger, où plus de 100 personnes ont été tuées dans une seule attaque il y a neuf jours. «Les terroristes dans le nord-ouest du Nigeria sont de «connivence avec des réseaux criminels», a-t-il souligné précisant que le Bureau maritime international avait signalé que 90% des incidents mondiaux de piraterie maritime et de détournements d’avions se produisaient dans le Golfe de Guinée. En conséquence, cinq millions de personnes sont désormais déplacées, 1,4 million de plus qu’en 2019. «Nous devons nous attaquer aux causes profondes trop bien connues de l’exclusion, renforcer la gouvernance démocratique et donner un nouvel élan décisif pour lutter contre l’insécurité», a ajouté Ibn Chambas. Décrivant une année de multiples défis déclenchés par la pandémie Covid-19, il a déclaré que l’épidémie a plongé la plupart des pays dans la récession et conduit au détournement des ressources des investissements productifs et de la lutte contre l’insécurité. Soulignant que, nulle part la résilience n’a été plus durement mise à l’épreuve qu’au Sahel, Ibn Chambas a rappelé que des inondations massives ont touché plus de 1,7 million de personnes. Au plan politique, le chef du Bureau des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel s’est réjoui de la tenue de plusieurs élections dans la région, dans un contexte sanitaire difficile marqué par la propagation de la Covid-19.