Younes Kouider expose à Dar Abdeltif : «Je m’inspire profondément
Search
Dimanche 28 Février 2021
Journal Electronique

L’exposition de Younes Kouider a les allures d’un safari. Ses tableaux, exclusivement réalisés à la gouache, nous renvoient à la savane où l’on rencontre girafes, panthères, éléphants et toutes sortes d’animaux sauvages.

Entretien réalisé par : Hakim Metref

 

Mais l’Afrique est également présente à travers un patchwork de couleurs que l’artiste ajuste en arrière- plan pour mettre en valeur les silhouettes de ces animaux. L’exposition renvoie également à une Afrique nomade qui a recours à des matériaux légers et faciles à travailler. La vie itinérante de certaines tribus africaines s’accommode d’un tel mode de vie. 

 

 Kouider est artiste peintre établi à Alger. Après une année d’etudes en architecture à Blida, il rejoint, en 2010, la Maharishi international university dans Iowa, aux Etats-Unis, pour obtenir un Bachelor Fine Art (Licence en arts plastiques) en 2014, puis un master en 2018. A vrai dire, la passion du dessin chez Younes Kouider n’a pas attendu l’université, puisque dès son enfance il était passionné par les animaux qu’il aimait reproduire . Les études lui ont permis surtout d’affiner son trait et améliorer sa technique. Après une exposition collective au Bastion 23, à Alger, et des expositions à l’université de l’Iowa, ce jeune peintre de 29 ans expose, pour la première fois, seul , à la villa Abdeltif, sur invitation de l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), dans le cadre de la célébration de Yennayer 2971.

Votre exposition nous renvoie la savane africaine. D’où vous vient cette fascination pour les animaux ?
Dès l’âge de 3 ou 4 ans j’ai commencé à dessiner des animaux. En rentrant en Algérie en 2019 après mes études aux Etats-Unis, j’ai voulu travailler sur une série de tableaux. Naturellement, ces animaux sauvages se sont imposés comme un retour vers l’enfance.

Vous ne faites pas dans la représentation directe, vous laissez deviner vos sujets à travers des silhouettes...
Durant les études, on nous a appris à faire ce qu’on appel le «negative space (espace négatif), qui consiste à dessiner uniquement le contour. Je trouve que c’est plus intrigant car celui qui regarde est invité à deviner les formes et les animaux. Ce n’est pas du réalisme mais plutôt du figuratif abstrait.

Des formes géométriques et des couleurs reviennent pratiquement dans toutes vos toiles et rappellent un peu les motifs décoratifs berbères...
Pour les couleurs, je choisis exclusivement la gouache qui permet d’avoir des couleurs très vives qui rappellent un peu le côté africain de mes œuvres. Je m’inspire énormément de l’art africain et je fais ressortir ses couleurs pour célébrer mon africanité. Pour ce qui est des formes, j’ai commencé avec des formes géométriques et progressivement ça a évolué vers les symboles berbères. Si les animaux existent un peu partout dans le monde, ces formes qui les accompagnent traduisent mon regard de Nord-Africain, Algérien et Amazigh.

Il y a une seconde partie de l’exposition qui rompt avec cette faune et s’ancre davantage dans l’œuvre humaine. Vous avez même recours au tissage pour réaliser vos sculptures...
A la fin de mon master, en 2018, j’ai travaillé sur la thèse du nomadisme en Afrique du Nord et j’ai commencé à m’intéresser au tissage. C’est une façon d’imprégner les objets de cette identité nord-africaine. Je me suis intéressé également à la sédentarisation des nomades et ce passage du nomadisme à la citadinité et au contact avec la modernité. C’est pour cela que j’ai recours à ce mélange de tissage et de matériaux qu’on retrouve au quotidien comme le pneu, ou le walkman. J’ai aussi voulu exprimer l’intérêt du nomade à la matière sachant, à travers mes voyages dans le Sud, qu’il récupère et recycle pratiquement tout ce qu’il rencontre dans ses voyages.

On voit également une sorte de grande couverture que vous avez également tissée. Que représente-t-elle ?
C’est un projet qui n’est qu’au quart de sa réalisation. Il consiste à fabriquer une tente nomade. Je souhaite en faire un lieu où des musiciens viendraient jouer leur musique. Un lieu convivial réalisé un peu à ma façon. Je pense pouvoir le terminer d’ici le printemps.
H. M.

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Saga des entreprises

Santé

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda


UGCAA
L’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) organise le 3 mars à 9h30 au siège de l’Union, une conférence de presse qui sera animée par la présidente de la Fédération des crèches et maternelles, Mme Nouara Ben Kharouf,  sur l’impact de la Covid-19 sur ces établissements.


Ministère de la Culture

La Palais de la culture d’Alger organisera, le 27 février à 14h, la cérémonie de récompense des lauréats des concours de calligraphie arabe et de mosaïque.


Musée du moudjahid
Dans le cadre de la célébration des manifestations du 27 février 1962 survenues à Ouargla, le Musée national du moudjahid organisera, le  25 février , à 14h, une conférence intitulée «Le Sahara algérien dans la stratégie coloniale française».

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Hebergement/Kdhosting : kdconcept