L'éditorial
Search
Dimanche 20 Septembre 2020
Journal Electronique

Détermination
Les briques de la nouvelle Algérie sont posées méticuleusement dans un agenda qui se déroule sans anicroche. Après la finalisation du projet de révision constitutionnelle dont le texte, déjà approuvé par les deux chambres du Parlement et qui sera proposé au plébiscite citoyen le 1er novembre prochain, le président de la République, Abdalmadjid Tebboune, a installé la Commission nationale chargée de l’élaboration du projet de révision de la loi électorale. Un nouveau pas qui s’inscrit en droite ligne des engagements auxquels il a souscrit dans son programme électoral. En honorant cette promesse, il confirme ainsi le nouveau cap que s’est fixé l’Algérie pour s’extirper de la mortelle impasse politique, sociale, financière et économique dans laquelle l’avait obtusément enferrée un régime totalement dévoyé dans sa fuite en avant. Le chemin vers la déviation avait commencé, faut-il le rappeler, par une grossière manipulation des règles du jeu politique dont les miasmes avaient, au fil des années, fini par donner un haut-le-cœur au peuple algérien, exprimé dans un hirak résolu à recouvrer la totalité de ses droits citoyens. Les orientations tracées par le président de la République, en installant la commission nationale chargée de l’élaboration du projet de révision de la loi électorale, versent pertinemment dans la restauration de ces droits citoyens. Elles soulignent la mission principale assignée à cette commission, consistant à définir des «normes électorales transparentes qui consacrent une rupture totale avec les mauvaises pratiques du passé, en interdisant le système des quotas dans la répartition des sièges et l’achat des consciences en séparant argent et politique, en tant que conditions indispensables pour la moralisation de la vie politique et la garantie d’élections reflétant réellement la volonté populaire, ce qui donnera naissance à des institutions démocratiques, intègres, crédibles, de niveau, ouvertes aux jeunes, notamment les universitaires, et à la société civile. L’objectif ultime est la réhabilitation de l’acte politique, d’abord en affirmant la liberté pour chaque citoyen de briguer un poste politique, en affranchissant ensuite les candidats de l’influence de l’argent sale ou de groupes de pression, afin de favoriser l’émergence de compétences politiques capables de réellement capter la légitimité populaire et d’agir sans conteste en son nom.
 Horizons

Le temps de la transparence

Finies les dénonciations anonymes, souvent calomnieuses. Voici donc venir le temps de la transparence et de la responsabilité, en rupture avec l’ère de la gestion opaque et de l’autocratie à l’origine de la corruption à large échelle qui a profité à une poignée d’oligarques au détriment du développement socio-économique et humain. Et, à l’évidence, pour ne pas dévier, comme l’espèrent les prêcheurs du chaos de tout acabit et, en alliés objectifs, les tenants de l’argent sale, de la centralité de la lutte contre la corruption désormais irréversible, il est de la plus haute importance de mettre fin aux pratiques condamnables et attentatoires à la dignité et à l’intégrité des gestionnaires victimes, en pleine décennie sanglante, d’une purge par ceux-là même qui sont poursuivis pour des affaires de corruption. Cette expérience malheureuse mérite d’être méditée. Elle donne toute sa signification à la démarche qui vise à préserver les compétences nationales et l’équilibre des entreprises économiques des méfaits des dénonciations anonymes apparentées dans bien des cas à des règlements de compte. Les lettres anonymes n’ont plus cours dans la nouvelle Algérie de l’Etat de droit et de la citoyenneté. Il appartient aux auteurs, préservés de toute forme de représailles, de se rapprocher des médias nationaux ou des autorités habilitées à mener des investigations fructueuses. La cote d’alerte, encore une fois, signifiée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, privilégie le sens de l’équité et d’une plus grande justice rendue aux gestionnaires libérés du syndrome de la suspicion affectant la bonne marche des entreprises. Si la règle d’or de la dépénalisation de l’acte de gestion est largement admise, la ligne de démarcation réside dans la différenciation des actes relevant de l’incompétence ou de la mauvaise gestion, régis par la sanction administrative, de ceux de nature à provoquer des pertes économiques et financières dans le but d’accorder des privilèges à des tiers. Il est impératif, à l’heure de la mobilisation de toutes les énergies créatrices, de libérer les gestionnaires de toute forme de pression, voire de marchandage. Autour de la nouvelle Algérie, l’engagement patriotique doit prévaloir pour mettre en échec les tentatives de déstabilisation alimentées par les forces de l’inertie.
 Horizons

La vitrine de l’Algérie nouvelle

Les nouveaux pôles urbanistiques étaient à l’honneur de la réunion de gouvernement présidée par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, et dédiée à l’examen de plusieurs avant-projets de décrets exécutifs portant sur l’habitat, les finances, la formation professionnelle et la certification électronique dans le secteur de la postes et des télécommunications. Dans la nouvelle Algérie, soucieuse de promouvoir un développement durable et intégré, les villes pilotes de Sidi Abdallah et Hassi Messaoud constituent un modèle urbanistique en adéquation avec les exigences technologiques, économiques et environnementales. A la périphérie de la capitale, la construction d’un «pôle exclusif de technologie» à Sidi Abdallah et de l’industrie pharmaceutique s’intègre dans une vision ouverte sur le monde de la connaissance et du savoir en levier incontournable de la croissance. Outre les infrastructure de base nécessaires à la vie économique, sociale et culturelle, une université de 80.000 places pédagogiques est prévue, à cet effet, pour assurer la formation de qualité de la nouvelle élite en charge du défi technologique et des attentes d’une économie performante et concurrentielle. Dans le cadre du suivi continu et régulier, il a été décidé de lever toutes les contraintes qui ont retardé la réalisation du projet pour faire de la «vitrine de l’Algérie nouvelle» une réalité tangible. C’est le cas également de la perle du Sud. Le concept d’«oasis urbaine» qualifie la nouvelle ville de Hassi Messaoud prête à accueillir 80.000 habitants à équidistance de l’ancienne agglomération, située au cœur des périmètres pétroliers, d’Ouargla et Touggourt. La délocalisation vise à prémunir la population locale des risques géologiques encourus et offrir des conditions de vie de qualité, de conformité environnementale et de progrès socioéconomique. Le visage prometteur de l’Algérie nouvelle est indissociable du devoir de solidarité, fortement présent dans la prise en charge des sinistrés de Mila relogés, en attendant une affectation dans les 4 sites retenus pouvant accueillir 2.000 parcelles. Lors de la réunion de gouvernement, le projet de décret exécutif prévoit le déclassement des parcelles de terrain et la constitution des lotissements urbanistiques pour les sinistrés. Au service des citoyens, la nouvelle Algérie incarne les idéaux de justice et d’équité.
 Horizons

Un débat libre et pluriel

A la veille de la convocation du corps électoral, le débat démocratique s’enracine dans la nouvelle Algérie en construction en rupture avec les dérives d’un régime honni et en rempart aux tenants du radicalisme à visage religieux ou tapis dans l’ombre d’une transition chaotique. Il s’agit d’une minorité surfant sur le néo-hirak dépassé en dynamique par le sursaut patriotique et le processus de renouveau démocratique annonciateur de l’ère des libertés publiques, de la refondation de l’Etat national marqué du sceau indélébile de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs, de l’indépendance de la justice, de la moralisation de la vie politique et de la lutte contre la corruption endémique et de la consolidation du rôle central de l’Autorité nationale indépendante des élections. Dans la nouvelle République, les citoyens reprennent leurs droits sociaux et politiques, longtemps ignorés, notamment en matière d’expression souveraine violée par le tripatouillage des urnes et soumise indûment au marchandage des sièges au centre de l’approche imposée par les cercles prônant la transition. Dans 45 jours, le peuple sera appelé à exercer, dans la transparence et le débat contradictoire, son droit absolu de choisir librement son destin. A l’approche de cette échéance, un «débat large, pluriel et inclusif» aux antipodes du «cataclysme radical», dénoncé par le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, sera lancé pour éclairer, sensibiliser et montrer les véritables enjeux de la Constitution révisée, en étroite coordination avec l’Autorité de régulation de l’audiovisuel et de l’Anie. Il est conforté par la participation des personnalités nationales et académiques, des syndicats et des organisations professionnelles et des représentants de la société civile. Plus de 5.000 propositions ont été émises pour enrichir ou amender le projet de révision constitutionnelle. Elles seront prises en charge par la commission d’experts. Dans cette démarche consensuelle, la famille de l’information et de la communication est vivement interpellée pour contribuer efficacement à la grande fête démocratique du 1er novembre et la promotion de la démocratie dans le strict respect des valeurs fondamentales de déontologie, d’éthique, des règles professionnelles universellement admises et du sens des responsabilités. Il est effectivement question des principes cardinaux de l’expression plurielle et libre de tous les courants de pensée et, à toutes les étapes du déroulement du scrutin, du droit de vote intangible et inaliénable.
Horizons

La jeunesse au cœur de la bataille de la croissance

L’équation est au centre du processus de relance qui vise à mettre en place les conditions et les bases sûres d’une économie solide et performante. Elle repose sur une adéquation entre l’apport de l’élite universitaire dans toutes ses composantes, en ressources inépuisables, et le tissu industriel et agricole d’un pays qui ne manque pas de potentialités et de perspectives d’un décollage réel. Telle est la signification de la visite du Premier ministre à Annaba, en compagnie du ministre de l’Education, Mohamed Ouadjaout, et de celui de l’Industrie, Ferhat Aït-Ali Brahim. Le coup d’envoi a été donné au lancement de l’épreuve du bac et la rénovation du complexe Sider El Hadjar. La conjoncture de crise sanitaire et financière n’a nullement empêché le déroulement dans de bonnes conditions du BEM et du bac, indispensable à une scolarité constitutionnellement garantie et à la formation de la génération nouvelle érigée en fer de lance du renouveau. Dans l’Algérie de tous les défis, rien n’est impossible pour une jeunesse avide de connaissances et animée d’un engagement patriotique clairement exprimé dans le hirak originel. Elle est l’alpha et l’oméga de la renaissance nationale qui se décline assurément en préoccupation majeure dans la bataille de la croissance. Le message lancé par le Premier ministre, affichant un optimisme mesuré, invite à une intégration pleine et entière des jeunes diplômés dans l’édification de la nouvelle économie forte et performante. Elle prend tout son sens dans la relance du fleuron de l’industrie, exigeant une gestion rationnelle et pragmatique, de la logique managérielle supplantant l’archaïsme bureaucratique et de l’efficience. Le cap est résolument mis sur le développement des petites et moyennes entreprises et des industries de transformation dans la Mitidja de l’Est et la capitale régionale de «l’industrie industrialisante» aux «bases économiques solides», revendiquées par le ministre de l’Industrie. Toute la symbolique réside dans le démantèlement du haut fourneau n°2, vieux d’un demi-siècle et à l’arrêt depuis deux décennies. Le nouveau souffle donné à El Hadjar permet la récupération des résidus de matière première inexploités susceptibles de couvrir les besoins du complexe pendant 6 mois et la capitalisation de la superficie dégagée pour le lancement de petites et moyennes entreprises. Au regard de ses potentialités minières, ses équipements et ses ressources humaines, Annaba a tout pour réussir la mue vers une industrie performante.
 Horizons

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

    • Projets touristiques : L’étude de la ZET d’Aïn Ajroud achevée

      Pour promouvoir le tourisme balnéaire dans la wilaya de Tlemcen qui compte de nombreuses plages tout le long d’une façade maritime de 72 km, l’étude de la zone d’extension touristique (ZET) d’Aïn Ajroud a été achevée et adressée au ministère pour validation. Selon Ababsa Yacine, directeur du tourisme de Tlemcen, cette zone s’étend sur une superficie de 105 ha tout le long de trois km de littoral. Elle regroupe trois plages. Il s’agit d’Aïn Ajroud, Bider et Bider 2. Nous avons lancé un plan d’aménagement de cette zone et l’étude a été approuvée et validée par l’APW et l’APC de Tlemcen.

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

    • Google ouvre son application de conférences vidéo au grand public

      Google a annoncé mercredi la mise à disposition gratuite de la plateforme de conférences vidéo, Google Meet, destinée au grand public.

      L'application va être progressivement étendue au grand public dans les prochaines semaines, à condition de disposer d'un compte Google (Gmail) ou d'une "identité Google", que l'on peut créer avec n'importe quel email personnel ou professionnel.

      Google Meet était jusqu'à présent réservé aux clients professionnels, soit 6 millions d'entreprises et organisations qui utilisent G-Suite, la gamme de logiciels de Google (avec les emails, le calendrier, le partage de documents, etc).

L'agenda

 Ministère de la Santé

 *Le ministère de la Santé organise, en collaboration avec Algerian Network of Youth, jusqu’au 7 novembre prochain, une caravane sanitaire au profit de plusieurs wilayas. 

 

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.

Afic

Le Forum africain sur l’investissement et le commerce Afic 2020 aura lieu les 10 et 11 octobre à l’hôtel Sheraton d’Alger sous le thème «Transformation énergétique, l’économie alternative».

Safex

A l’occasion de la 1re Foire nationale de l’agriculture et de l’agroalimentaire, la Safex animera le 20 septembre , à 10h30, au Palais des expositions d’Alger, une conférence de presse.

Djazagro
Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins  Maritimes 

 

Algérie Télécom

Algérie Télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algerietelecom.dz 
Les nouveaux demandeurs de ligne pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation, et les abonnés professionnels pourront signaler le dérangement de leur ligne directement sur le site web sans déplacement.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang.

 

Hebergement/Kdhosting : kdconcept