Accueil ECONOMIE AGRO-ALIMENTAIRE NECESSITE D’ENCOURAGER LA FORMATION DANS LES ACTIVITES (...)
AGRO-ALIMENTAIRE

NECESSITE D’ENCOURAGER LA FORMATION DANS LES ACTIVITES AQUACOLES

14/04 09h05

OUARGLA - Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi, a mis l’accent lundi à Ouargla sur la nécessité d’encourager la formation appliquée dans les différentes filières aquacoles.

S’exprimant en ouverture d’un forum sur l’aquaculture à Ouargla, en marge du salon régional de la pêche continental et de l’aquaculture, le ministre a indiqué que la formation appliquée permettra aux investisseurs et porteurs de projets de maîtriser les techniques liées à l’activité aquacole.

Cette démarche qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie initiée par le Ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques (MPRH), a été retenue en coordination avec différents partenaires, dont le secteur de la formation professionnelle, les établissements d’enseignement supérieur et les centres de recherche spécialisés, a-t-il ajouté.

Les débats du forum sur l’aquaculture s’articulent autour de différents thèmes liés notamment au programme de développent de l’aquaculture (2015-2019), les mécanismes d’accompagnement de l’investissement, visant à promouvoir la pratique de cette filière et l’amélioration des connaissances techniques chez les professionnels, selon les organisateurs.

Le sous directeur de l’aquaculture au MPRH, Toufik Betouchante, a fait savoir qu’une production de 100.000 tonnes de produits halieutiques est attendue à l’horizon 2019, à travers un total de 615 projets prévus à l’échelle nationale.

Cette production prévisionnelle est répartie sur 190 projets versés dans le domaine de l’aquaculture marine avec un objectif de plus de 81.000 tonnes.

Il s’agit de la pisciculture marine (76.200 tonnes), la conchyliculture (5.100 tonnes) et la crevetticulture marine (200 tonnes), a-t-il expliqué.

Concernant l’aquaculture d’eau douce, M. Btouchante a indiqué que la production dans cette filière aquacole atteindra les 20.000 tonnes, à partir d’un total de 410 projets versés dans le domaine de l’aquaculture artisanale (1.000 tonnes), la pisciculture en cages flottantes (2.500 tonnes), la pisciculture d’eau douce en étangs (11.500 tonnes), la crevetticulture d’eau douce (1. 000 tonnes) et la pêche continental (5.000 tonnes), a-t-il détaillé.

Ce programme de développement doit, a-t-il ajouté, s’appuyer d’un accompagnement technique, d’une vulgarisation et de démonstrations sur un réseau constitué d’infrastructures publiques (pilotes) à travers le territoire national, à l’instar de la ferme de pisciculture d’eau douce de Harreza (wilaya d’Ain Defla), celle de Boukais (Béchar), et la ferme de Crevetticulture (Ouargla).

Le directeur du Centre national de recherche et de développement de la pêche et de l’aquaculture (CNRDPA), Rachid Anane, a mis en relief, de son côté, la mission de cette institution qui s’implique notamment dans la réalisation des études à caractère économique et social, en rapport avec la pêche et l’aquaculture, outre l’organisation de programmes de vulgarisation, en collaboration avec divers institutions concernées, en vue de contribuer au développement du secteur de la pêche.

Le forum sur l’aquaculture a été une occasion pour les représentants de la Société nationale d’assurance (SAA) et la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) d’exposer les modes pris en compte pour assurer les exploitations aquacoles.

Les préoccupations et mesures d’accompagnement de l’investissement dans les filières aquacoles ont été également débattues lors de cette rencontre par les participants, dont des professionnels, des spécialistes, des investisseurs, des porteurs de projets, des étudiants et des acteurs sociaux.

Le salon régional de la pêche continentale et de l’aquaculture rassemble une cinquantaine de professionnels, des opérateurs économiques, des associations de la société civile, des organismes de soutien à l’investissement et d’accompagnement, ainsi que des organismes de formation et de recherche.

Il s’inscrit dans le cadre du programme quinquennal 2015-2019, dans la perspective de développer les activités aquacoles à l’échelle locale, et de promouvoir la 6ème édition du Salon international de la pêche et de l’aquaculture SIPA, prévu à Oran du 1er au 4 octobre 2015.

Le salon régional de la pêche continental et de l’aquaculture d’Ouargla, qui s’étale sur deux jours, est organisé par la Chambre algérienne de la pêche continentale et de l’aquaculture (CAPA) et les chambres inter-wilayas de la pêche et de l’aquaculture d’Ouargla, Guelma, Sétif, Ain-Defla, Relizane, Sidi Bel-Abbes et de Bechar.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • OUARGLA : 324 BACHELIERS ORIENTES VERS L’ENS...Lire la suite
  • OUVERTURE"PROCHAINE"DE QUATRE ECOLES D’ALPHABETISATION A TINDOUF ...Lire la suite
  • EL-OUED : UNE PRODUCTION DE 570.000 QX DE CEREALES MOISSONNES...Lire la suite
  • DEPART DE PELERINS DU SUD-EST VERS LES LIEUX SAINTS DE L’ISLAM ...Lire la suite
  • BOUFAROUA-MYELOIS : 1,2 MILLION PALMIERS TRAITES A EL OUED ...Lire la suite
VIDEO