Accueil ECONOMIE ENVIRONNEMENT LES BOURBIERS INDUSTRIELS, UNE PREOCCUPATION (...)
ENVIRONNEMENT

LES BOURBIERS INDUSTRIELS, UNE PREOCCUPATION PERSISTANTE POUR LES CHAMELIERS

13/05 12h58

ILLIZI - Les bourbiers industriels abandonnés en l’état à l’issue des travaux d’exploration et de forages pétroliers constituent une des préoccupations majeures et persistantes soulevées par les chameliers de la wilaya d’Illizi.

Les chameliers et les instances concernées par l’élevage camelin dans la wilaya d’Illizi estiment nécessaire une "prompte intervention" des parties concernées pour la protection de cette richesse animale, une des ressources économiques et vivrières principales pour de nombreux citoyens du Sud-est du pays.

Les multiples bourbiers constitués de mares renfermant des déchets industriels polluants, formés par des restes de produits chimiques dangereux résultant de travaux d’exploration et de forages pétroliers, attendent une prise en charge "urgente" pour prévenir une éventuelle propagation de ces déchets et la contamination de larges espaces de zones de pacage des camélidés.

Préoccupés par ce problème persistant, à l’origine de la mort de nombreux dromadaires, les chameliers, tout comme d’ailleurs les services de l’Environnement, ont tiré la sonnette d’alarme devant cette situation pesant sur la vie du cheptel camelin, et ce en vue de trouver les solutions appropriées et définitives susceptibles de contribuer à la préservation des camélidés dans ces régions sahariennes. Entre-autres séquelles engendrées par ces mares et bourbiers pollués, on signale la mort toute récente de six dromadaires dans la zone de Tin-Fouyé-Tabenkort (TFT), sur le territoire de la commune de Bordj Omar Driss, après s’être empêtrés dans un bourbier pétrolier.

Le directeur de l’Environnement de la wilaya d’Illizi, Mansour Laïd, a déploré cet incident, indiquant qu’un vétérinaire avait été dépêché sur les lieux par la direction des services agricoles pour faire un constat de visu sur cette affaire.

Pour M. Mansour Laïd, ces mares constituent un "réel danger" pour les bêtes transhumant dans la région en quête de pâturages et de points d’abreuvage, en plus des bassins d’exploitation qui, bien que clôturés, sont une menace pour le cheptel en laissant filtrer des produits toxiques, occasionnant ainsi une pollution de l’environnement et la mort de la richesse animale, notamment les camélidés.

- Appel à une prise en charge "effective" de la question -

Le président de l’association "Réhabilitation et élevage camelin" d’In-Amenas a affirmé, de son coté, que le phénomène de la mort des camélidés dans les zones pétrolières constitue depuis des années un "grand problème" pour les éleveurs de la région.

Selon M. Benirzak, les responsables concernés ont été alerté sur cette préoccupation, ajoutant que "l’association est en attente d’une prise en charge effective de cette question".

"Quelque 652 têtes camelines ont été victimes depuis 2006 des bourbiers industriels dans la région", a fait savoir le responsable de l’association, ajoutant qu’une intervention "urgente" s’avère impérative pour mettre un terme à cette menace.

Il a, à ce titre, appelé à l’implication et la mobilisation de toutes les parties concernées pour la préservation de la richesse animale, source vivrière pour de nombreuses familles de la wilaya d’Illizi, tout en réclamant "l’indemnisation des éleveurs ayant subi des pertes du fait de ce dangereux phénomène".

Par souci de remédier à cette situation et prévenir d’éventuelles pertes de cheptel et de dégradation de l’environnement, les responsables du secteur de l’environnement dans la wilaya d’Illizi ont lancé un appel à déployer davantage d’efforts des différentes parties pour prémunir le cheptel et parer contre les séquelles des bourbiers sur l’environnement.

Le directeur de l’environnement a fait part, à ce titre, de l’élaboration et la transmission de nombreux rapports de constat aux instances responsables concernées. Il a également indiqué que son secteur a suggéré, en coordination avec la chambre de l’agriculture de la wilaya d’Illizi, l’identification, avec le concours de l’entreprise nationale Sonatrach, de zones pastorales où pourraient évoluer les populations nomades, afin d’éviter à l’avenir de pareils risques environnementaux et leurs retombées négatives.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • KSAR D’OUARGLA : HATER LE LANCEMENT DE L’ETUDE...Lire la suite
  • ILLIZI COMMEMORE LE 12EME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE BALI ...Lire la suite
  • PROMOUVOIR LES OPPORTUNITES D’INVESTISSEMENT ...Lire la suite
  • GHARDAÏA : 18 MEDECINS SPECIALISTES RENFORCENT LE STAFF MEDICAL ...Lire la suite
  • 3.589 HABITATIONS RURALES EN COURS DE CONSTRUCTION A OUARGLA...Lire la suite
VIDEO