Accueil CULTURE PATRIMOINE YENNAYER OU LE DEBUT DE LA SAISON AGRICOLE
PATRIMOINE

YENNAYER OU LE DEBUT DE LA SAISON AGRICOLE

15/01 08h35

ILLIZI - La célébration de la fête ancestrale de Yennayer, avènement du nouvel an amazigh, dans la région du Tassili N’Ajjer, est marquée principalement par le lancement de la saison agricole et la valorisation du labeur et du travail de la terre.

Cet avènement est de tradition mis à profit par les agriculteurs locaux, notamment ceux s’exprimant dans la variante targuie Tamahaq, pour investir leurs périmètres et champs agricoles et procéder aux cultures de saison, présageant d’une année faste, fertile et d’abondance.

L’ensemencement des parcelles agricoles en orge et blé, et la mise en terre de palmiers lors de cette campagne, connue sous l’appellation targuie de "Tizawat", est une action annuelle bien ancrée dans la région et perpétuant l’attachement de la population en général à ses traditions, les fellahs en particulier, et à ce mois de Yennayer, caractérisé par des conditions climatiques favorables au lancement de la nouvelle saison agricole, a expliqué l’anthropologue Amoud Slimani.

M. Slimani, pour qui Yennayer est un legs ancestral commun partagé par les arabes, les amazighs et les peuples méditerranéens, a souligné que cette fête a été fidèlement et fièrement sauvegardée par les amazighs en tant que date incontournable dans le calendrier des fêtes séculaires de la population amazighe.

L’anthropologue s’est félicité du confortement de ces efforts de préservation du patrimoine amazigh séculaire par la décision du Président de la République Abdelaziz Bouteflika portant officialisation du 12 janvier fête nationale chômée et payée.

Une décision qui, a-t-il dit, constitue un plus "‘qualitatif" pour l’identité nationale qu’il appartient de consolider par la poursuite des efforts en approfondissant les recherches dans ce patrimoine collectif du peuple.

La population du Tassili N’Ajjer célèbre, comme d’autres régions pays, Yennayer par des traditions séculaires, dont la préparation de divers plats culinaires, dont "Tadjela Tin Arzi", "Fetat" et "Keskessou", en plus des échanges entre familles, du port des beaux habits traditionnels targuis, et de l’organisation de soirées et de rencontres conviviales.

Le président de l’association "Wissam Edhahabi" de lutte contre la violence à l’égard des femmes et la promotion des initiatives de jeunes d’Illizi, Hocine Khouildi, a estimé, pour sa part, que cette fête de Yennayer est une consolidation du patrimoine culturel matériel et immatériel de l’identité nationale amazighe de tout le peuple algérien.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • OUARGLA:DES OPERATIONS POUR AMELIORER L’APPROVISIONNEMENT EN ELECTRICITE...Lire la suite
  • ENVENIMATION SCORPIONIQUE : UNE PREOCCUPATION EN QUETE D’UNE MEILLEURE PRISE EN CHARGE ...Lire la suite
  • CAMPAGNE DE LABOURS : PREVISION D’EMBLAVEMENT DE 4.478 HA A OUARGLA ...Lire la suite
  • LAGHOUAT:EXPLOITATION DE L’ENERGIE SOLAIRE DANS LES ECOLES...Lire la suite
  • GHARDAÏA:UN CENTRE DE FORMATION DEDIE AUX ENERGIES PROPRES...Lire la suite
VIDEO