Accueil CULTURE PATRIMOINE OUARGLA : UNE EQUIPE SPECIALISEE POUR LE CADASTRE DU (...)
PATRIMOINE

OUARGLA : UNE EQUIPE SPECIALISEE POUR LE CADASTRE DU KSAR

4/04 15h41

OUARGLA - Une équipe spécialisée du Centre national des études et recherches appliquées en urbanisme (CNERAU) d’Alger effectue une opération de cadastre concernant le vieux ksar d’Ouargla, a-t-on appris mercredi auprès de l’association du ksar pour la culture et la réforme.

Chargée de la détermination des travaux d’urgence requis pour le ksar qui a perdu certains de ses pans culturel et historique, cette équipe est composée de spécialistes en restauration des sites archéologiques, d’architectes, d’archéologues et de guides de l’association, issus des quartiers de Béni-Ouaguine, Béni-Sissine et Béni-Brahim, a indiqué le président de l’association précitée, Hocine Boughaba.

L’opération est inscrite au titre de la mise en £uvre des directives du wali d’Ouargla en prévision du lancement, sur budget de la wilaya, du plan permanent de préservation et de valorisation des secteurs sauvegardés concernant le ksar d’Ouargla, qui a accusé un retard suite au gel de l’opération.

Ce cadastre permettra d’évaluer la situation de cet ancien espace urbanistique, classé patrimoine national, et qui s’imbrique parmi la chaine des ksour sahariens, remontant à plus de six siècles, et mettant en exergue la conception ingénieuse des anciennes bâtisses sahariennes.

Selon M. Boughaba, les travaux d’urgence consistent en la réhabilitation des façades du ksar, la restauration graduelle des ruelles, des placettes et de plus de 150 bâtisses.

Les diverses interventions "non étudiées" opérées par les occupants du ksar (plus de 10.000 âmes) ont influé négativement sur plusieurs pans et composants de ce ksar implanté sur 30 ha, notamment celles ayant touché les toitures, les murailles, le ravalement des façades et les réfections individuelles, qui ont accéléré la dégradation du ksar et l’effondrement de certaines de ses parties, a-t-il déploré.

L’étude retenue au titre du plan permanent de préservation et de valorisation des secteurs sauvegardés, notamment les ksour d’Ouargla et Témacine, censée être lancée en 2014 suite à la promulgation de la loi du 28 mars 2011, a accusé un retard dans son exécution, du fait de la faible autorisation accordée à sa réalisation, ont fait remarquer les responsables de la direction de la Culture de la wilaya.

L’opération prévoit l’élaboration d’une stratégie globale pour la préservation et la réhabilitation des biens culturels pour qu’ils contribuent à la dynamique de développement socioéconomique et touristique de la région.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • RECUPERATION DE 130 LOGEMENTS SOCIAUX SQUATTES A BORDJ OMAR IDRISS ...Lire la suite
  • LAGHOUAT : DEBUT DE JOURNEES D’INFORMATION SUR LES SCIENCES SPATIALES ET L’ASTRONOMIE ...Lire la suite
  • LE TOUR D’ALGERIE CYCLISTE, PREUVE DE L’APTITUDE DE L’ALGERIE A ORGANISER UN EVENEMENT SPORTIF INTERNATIONAL...Lire la suite
  • BECHAR : LE SACRIFICE SUPREME DES MARTYRS DEMEURE "TOUJOURS VIVACE" ...Lire la suite
  • ACCELERER LA FINALISATION DU PROJET DE STEP DE TIMIMOUNE ...Lire la suite
VIDEO