Accueil ECONOMIE AGRO-ALIMENTAIRE ADRAR:REUNIR LES FACTEURS DE DEVELOPPEMENT DE LA (...)
AGRO-ALIMENTAIRE

ADRAR:REUNIR LES FACTEURS DE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE AVICOLE

30/09 15h37

ADRAR- Les participants à une journée d’étude sur l’aviculture, tenue dimanche à Adrar, ont mis en avant la nécessité de réunir les facteurs techniques susceptibles de développer et de moderniser la filière avicole dans cette wilaya.

Les intervenants, des aviculteurs et cadres du Conseil national interprofessionnel de l’aviculture, ont soutenu que la wilaya d’Adrar a réalisé de "grands pas" dans l’aviculture, estimant que ces facteurs restent en quête de plus d’efficacité pour accroître les capacités de production et les rendements, et être ainsi compétitifs, à la faveur du développement technique qu’a connue cette filière.

Les participants ont, en outre, appelé à accorder l’intérêt voulu à la santé animale, avicole notamment, par l’accompagnement vétérinaire, la vulgarisation, la sélection de la meilleure qualité d’aliments et l’intensification des programmes de formation visant la modernisation de l’activité avicole.

Le président du Conseil national interprofessionnel de l’aviculture, Moumène Kalli, a indiqué que cette activité revêt un grand intérêt, à l’échelle nationale, eu égard à sa contribution au développement de l’économie nationale.

Ce segment, qui emploie plus de 500.000 individus, constitue une source vivrière pour plus de deux millions de personnes et produit une quantité annuelle de 650.000 tonnes de viandes blanches et plus de huit (8) milliards d’£ufs, a-t-il expliqué.

L’Algérie importe annuellement des quantités d’aliments estimés à 4,5 millions de tonnes de maïs et 1,5 million tonne de soja, a indiqué M.Kalli, tout en relevant que cette importation "excessive" peut être produite localement, au regard des potentialités existantes dans le Sud, notamment dans la wilaya d’Adrar, région pilote dans le développement de la maïsiculture.

Ce segment cultural, qui est exploité sur une surface de 3.000 ha avec à un rendement moyen de plus de 80 quintaux à l’hectare, nécessite davantage d’investissement pour le développement de cette filière, a estimé le même responsable.

Cette journée d’étude, tenue au siège de la wilaya, sous l’égide du conseil national interprofessionnel de la filière avicole, a été mise à profit par les aviculteurs pour soulever des préoccupations liées aux couts jugés élevés de la facture d’électricité, au retard accusé dans la régularisation de la propriété foncière agricole entravant le financement de leurs activités, ainsi que le soutien des prix des aliments.

Les participants ont appelé à réactiver le soutien de la production de maïs, élément essentiel dans le développement de cette expérience qui a connu un succès dans la wilaya d’Adrar.

  • version imprimable de l'article
  • envoyer l'article par mail
INFOS LOCALES
  • BECHAR : FAIRE DU CITOYEN UN ACTEUR DU NOUVEAU MODELE DE DEVELOPPEMENT ...Lire la suite
  • JEUX TRADITIONNELS A BECHAR,IDENTITE CULTURELLE COMMUNE DES MAGHREBINS ...Lire la suite
  • IMPLIQUER LES ASSOCIATIONS DANS LES PROJETS A DIMENSION ENVIRONNEMENTALE ...Lire la suite
  • 2.112 PROJETS TOURISTIQUES ET HOTELIERS INSCRITS DEPUIS 2008 ...Lire la suite
  • OUARGLA:DES OPERATIONS POUR AMELIORER L’APPROVISIONNEMENT EN ELECTRICITE...Lire la suite
VIDEO