Aps-Sud-Infos
http://localhost/aps-ouest/spip.php?article29102
G.N:INTERET AU TRAVAIL DES TECHNICIENS DE SCENE DE CRIME
dimanche, 13 mai 2018
/ bensaoud1

BECHAR - Nombre de citoyens, présents samedi à Bechar à la manifestation "Portes ouvertes" sur la Gendarmerie nationale (GN), se sont intéressés au travail des techniciens de scène de crime de cette institution, relevant de la Police judiciaire, présents à travers la wilaya, notamment au niveau de ses grandes agglomérations telles que Abadla, Béni-Ounif et Béni-Abbes.

Les visiteurs des stands de la Gendarmerie nationale, parmi eux les jeunes notamment, ont été séduits par le travail des techniciens de scène de crime de ce corps d’arme, formés dans les écoles spécialisés de la Gendarmerie nationale, et équipés de moyens et outils technologiques de pointe pour se rendre sur les scènes de crime et recueillir les indices pouvant contribuer aux enquêtes criminelles et pénales (objets, empreintes, sang et ADN).

Le capitaine Belghoumari Sidi Mohamed, chargé de communication au groupement de la Gendarmerie nationale, a expliqué que les indices recueillis, lors des enquêtes criminelles et pénales, sont emmenés au laboratoire de l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) de la Gendarmerie nationale à Bouchaoui (Alger) pour analyse.

"Les techniciens de scène de crime, qui sont membres actifs de la Police scientifique et technique de la GN, effectuent aussi, lors d’enquêtes judiciaires, des prélèvements papillaires, rédigent des descriptions ou encore participent à des relevés d’empreintes digitales afin d’alimenter le fichier national", a-t-il relevé.

Le travail des techniciens de scène de crime ne s’arrêtent pas là, a-t-il précisé, ces derniers assistent aux autopsies des victimes, à la recherche et au stockage des indices et concourent à l’identification des auteurs d’infractions grâce à des moyens technologiques et scientifiques modernes mis à la leur disposition par le commandement de la GN à travers le territoire national.

Ce qui a permis une totale modernisation des différents processus des enquêtes criminelles et pénales. "C’est grâce à ces moyens technologiques et scientifiques et au travail minutieux de ces techniciens, que les assassins du petit Deriah Mohamed-Yacine (6 ans), en octobre 2016 dans la localité de Mazzer (plus de 160 km au sud de Bechar), ont pu être identifiés et arrêtés en un temps record et présentés à la justice", a expliqué à l’APS le capitaine Belghoumari.

Ces enquêteurs sont aussi présents sur les scènes d’accidents de circulation routière où ils procèdent aux prélèvements d’indices et autres preuves pouvant mettre en évidence les causes réelles des accidents, selon l’officier de la GN.

La manifestation "Portes ouvertes" sur la Gendarmerie nationale, qui a pris fin samedi à la Maison de la culture Kadi Mohamed, a été une occasion pour le public de connaître davantage les activités de ce corps de sécurité ainsi que les efforts déployés pour sa modernisation pour la sécurité du pays, des personnes et des biens.